Les Dômes

Edification d’un dôme

Les dômes et les aiguilles sont engendrés par les magmas trachytiques émis à des températures de 800 à 900° et très visqueux. Ces magmas montent très lentement dans les conduits, du fait de cette viscosité. Ils sont riches en gaz, et ces gaz ont de grandes difficultés à s’échapper.

En général, l’éruption débute par une phase explosive très violente, qui peut correspondre à la libération des gaz magmatiques sous haute pression. Cette phase initiale, souvent brève, élargit la partie haute du conduit puis suit une phase d’extrusion de la lave visqueuse. Celle-ci ne peut s’écouler ; elle s’accumule donc sur place sous forme d’un dôme.

Parfois, la carapace solide du dôme ne peut contenir la pression interne ; elle cède alors, libérant un nuage de gaz magmatiques et de cendres, un « panache », qui s’élève à des kilomètres au-dessus du volcan, jusqu’à butter contre les hautes couches de l’atmosphère en formant un panache en pin parasol, avant que les vents d’altitude ne le dispersent.

Mais ce schéma simple peut présenter des variantes. Dans certains cas, une grande partie du dôme en cours de croissance s’écroule sous l’effet de la gravité, et se reconstruit par la suite. Ou encore, le dôme peut être décapité par de violentes explosions verticales, qui y creusent un profond cratère.

Enfin, dans certains cas de viscosité extrême de la lave, celle-ci monte lentement à l’état quasi solide sous la forme d’un piston cylindrique appelé “aiguille de protrusion” comme le Puy Chopine. Son ascension peut ne représenter que la phase finale de l’éruption.

On parle pour les dômes d’ »éruption explosive« , de « dynamisme explosive » et dans certains cas d’« éruption de type péléen« .

Nuée ardente

Si en plus des gaz et des cendres, le nuage issu de l’éruption du dôme est chargé en blocs et lapilli encore chauds (600 à 800°) en suspension : c’est une “nuée ardente”.

Un tel mélange de gaz et de particules de lave est plus dense que l’air ; il roule alors sur le sol à une vitesse pouvant atteindre 200 km/h si la dénivellation est importante.

Si la pente est très faible, l’écoulement est rapidement freiné, et l’avalanche ardente ne s’éloigne guère du volcan.

La roche des dômes

Très riches en silice et pauvres en métaux, les roches des dômes sont de teintes claires, dans les gris pâle ou blanc crème. Selon leur composition chimique, ce sont des trachytes ou des rhyolites massives. Si elles sont très bulleuses, de densité inférieure à 1, ce sont des ponces trachytiques ou rhyolitiques. Si les bulles sont très étirées, ce sont des ponces fibreuses.