Les cheminées volcaniques

Ce sont les réseaux de fissures ouverts par la pression du magma ascendant, qui se ramifient en approchant de la surface. Le magma emprunte le plus souvent une faille préexistante qui facilite sa remontée. S’insinuant à l’intérieur, il favorise la propagation de cette fragilité dans le sol. C’est un système qui s’auto-entretient. Des “fuites” de lave liquide depuis cette cheminée ont donné des filons, qui se sont insinués dans les scories. Le magma restant dans ces filons à la fin de l’éruption, s’y solidifie sous la forme d’une roche compacte et résistante. Si l’érosion naturelle ou l’activité humaine exerce une destruction des roches encaissantes, (scories ou calcaire ou autre…) les dykes ressortent en reliefs étroits et très allongés.

On voit clairement ces filons sortir radialement autour de la cheminée, puis infléchir leur direction vers le sud-ouest, sans doute en raison de la plus grande pente. C’est probablement la réunion de tous ces filons, qui a alimenté la coulée de Lemptégy 2.

Cette sortie tumultueuse est probablement à l’origine de l’égueulement du cratère du Puy de Lemptégy vers le sud-ouest. La coulée de Lemptégy 2 apparaît dans les fouilles de Vulcania comme une «coulée à blocs» typique (ou cheyre), très semblable à celle, plus célèbre, du puy de Côme. Son épaisseur totale est d’une vingtaine de mètres, et sa partie supérieure, 5 à 10m.